article crée le 03/04/2020, dernière modification le 22/07/2021

Pauline Reynaud - Chargée de mission transition école-emploi

Anticiper les projets des jeunes en situation de handicap pour éviter les risques de rupture et proposer un accompagnement adapté au besoin, en orientant vers le bon interlocuteur.

Gérer les cookies pour autoriser les vidéos Youtube

Pauline Reynaud, chargée de mission transition école-emploi

Bonjour, je m’appelle Pauline Reynaud et je travaille au Cap emploi Landes & Pays Basque.

Je vais vous présenter en quelques mots les raisons qui nous ont poussés à nous pencher sur la question de la transition école-emploi pour les jeunes en situation de handicap.

La scolarité des élèves en situation de handicap est bien souvent un vrai parcours du combattant et leur arrivée sur le marché de l’emploi est à nouveau très compliquée.

À la sortie du système scolaire, c’est très difficile pour ces jeunes qui sont fragiles, souvent faiblement qualifiés, qui ne maîtrisent pas les techniques de recherche d’emploi, de se saisir de la multiplicité des dispositifs qui existent.

Le risque, c’est l’isolement, la perte rapide des compétences et donc inévitablement, l’éloignement du marché du travail. Plus spécifiquement, concernant Cap emploi, nous nous sommes rendus compte que ces jeunes étaient méconnus de nos services. Il y a une rupture après leur parcours de scolarisation, sans qu’il y ait un temps d’échange et de capitalisation de tout ce qui a été mis en place dans leur cadre de leur scolarité adaptée. Du coup, leur arrivée sur le marché du travail n’est pas sécurisée. Il n’y a pas de sensibilisation ni de mise en place des moyens de compensation en amont. Les entreprises se retrouvent démunies, sans trop savoir comment aborder les problématiques rencontrées.

C’est là que nos services Cap emploi sont sollicités, tardivement, dans l’urgence, une fois que les difficultés ont émergé, ce qui va accentuer à nouveau les risques de rupture.

L’objectif de cette mission est d’arriver à modéliser une méthodologie pour garantir de bonnes conditions de collaboration entre les acteurs en charge de la scolarité et ceux en charge de l’insertion professionnelle.

Pour cela, ça nécessite de repérer de manière précoce, les jeunes en situation de handicap qui vont achever leur parcours de scolarité ; de favoriser au maximum la transmission d’information avec l’éducation nationale, les établissements médico-éducatifs, l’enseignement supérieur, pour savoir ce qui s’est fait dans le cadre du parcours de scolarité adapté et qui est reproductible sur le champ de l’insertion professionnelle.

Cela nécessite également d’anticiper les projets des jeunes pour éviter les risques de rupture. La finalité, c’est bien sûr de pouvoir proposer un accompagnement adapté au besoin, en orientant vers le bon interlocuteur.

Gérer les cookies pour autoriser les vidéos Youtube


Les partenariats