article crée le 15/07/2020, dernière modification le 15/07/2020

Delphine De Oliveira - Conseillère employeurs & maintien dans l'emploi

Marie-Christine T., en poste chez DPD France en tant que chauffeur livreur depuis 2007 et actuellement en formation de secrétaire administrative et d’accueil

Difficultés de santé et impact sur la vie professionnelle, projet de reconversion, formation et confinement... Marie Christine T nous développe son parcours, aux côtés de Cap emploi Landes & Pays Basque :

Le métier de chauffeur livreur est physique, les charges à déplacer sont de plus en plus massives et le stress omniprésent. C’est un métier très dur pour une femme de 56 ans.

J’ai commencé en 2015 à avoir des problèmes récurrents de santé de type moteur. Le médecin du travail m’a reçue régulièrement et me suit encore à ce jour car il a souvent envisagé une inaptitude professionnelle. Pour moi, ce n’était pas envisageable car j’avais la sécurité d’un emploi. J’ai toutefois suivi son conseil en faisant une demande de RQTH (Reconnaissance de la Qualité de Travailleur Handicapé) qui m’a été attribuée en octobre 2019. J’ai dû faire face à la réalité. Mon corps me dit stop et je dois absolument l’écouter. C’est le signe pour moi d’amorcer un projet de reconversion professionnelle. Cette prise de conscience résulte de la fréquence des accidents de travail ainsi que des blessures corporelles que je subis au quotidien au vu de mon âge. Inquiète pour ma santé et mon avenir professionnel, j’ai longuement et murement réfléchi afin de trouver quel secteur d’activité me permettrait de m’épanouir et surtout quel métier m’assurerait la stabilité et la sécurité de l’emploi jusqu’à ma retraite et au-delà. Le secteur du secrétariat est vraiment mon domaine de prédilection, c’est également un métier dans lequel je pourrai évoluer. Titulaire d’un BEP et CAP de sténodactylographe, j’ai pu exercer cette activité pendant 10 ans. À ce jour, le métier de secrétaire a bien évolué et mon diplôme ainsi que mes compétences se révèlent être insuffisants pour trouver un emploi dans ce secteur. J’ai besoin de parfaire mes connaissances afin d’être en phase avec les nouvelles technologies et les nouveaux logiciels informatiques. Sans qualifications supplémentaires, il me sera tout simplement impossible d’intégrer le milieu que je convoite. J’ai décidé de me diriger vers la recherche d’un organisme qui proposerait une formation complète et qui correspondrait à mes attentes mais surtout qui ne me mettra pas en échec. J’ai donc retenu le centre de formation AFPA qui propose une formation qualifiante de secrétaire administrative et d’accueil. Les compétences supplémentaires que j’aurai acquises à l’issue de cette formation vont me permettre de devenir opérationnelle sur le marché du travail. J’ai donc monté mon projet professionnel qui est passé en commission le 8 novembre 2019 et j’ai été admise. J’ai commencé ma formation le 06 janvier dernier au centre AFPA de Pessac et le fait d’avoir une mauvaise assise sur mon poste de travail a provoqué de fortes douleurs lombaires et sciatiques.

J’ai fait part de ma situation à Delphine DE OLIVEIRA de l’organisme Cap emploi qui a été très à l’écoute et a fait le nécessaire afin que je puisse obtenir un aménagement de poste adapté mon handicap. Le 1er avril dernier, un conseiller technique du GIHP m’a contactée à la demande de Mme DE OLIVEIRA afin de mettre à ma disposition un fauteuil de bureau adapté dès mon retour au centre. Depuis le 15 mars dernier, par suite du confinement, j’ai eu la possibilité de poursuivre ma formation à distance en télétravail. Pour cela, je travaille sur un outil collaboratif de l’AFPA sur lequel je dépose mes exercices et suis en vidéo conférence deux fois par jour avec ma formatrice. Mme DE OLIVEIRA me contacte régulièrement afin de savoir comment se passe mon confinement. Je lui ai fait part de ma motivation et des bons résultats du travail que je dépose tous les jours sur mon espace personnel de l’AFPA. Je passe mon titre le 22 et 23 juin prochain et ma formatrice est très confiante.

J’ai contacté le médecin du travail afin de la rencontrer à l’issue de ma formation pour mettre en place mon inaptitude professionnelle (comme nous l’avions convenu) et j’en ai fait part à mon employeur. A ce jour, j’attends que celui-ci me fasse parvenir la convocation.

Malheureusement, mes conditions de travail actuelles ne sont pas adaptées à mon état de santé. Je pose mon ordinateur sur mon comptoir de cuisine et suis assise sur un tabouret et je n’ai pas d’imprimante pour scanner et imprimer les documents. Mme DE OLIVEIRA m’a informée du dispositif mis en place par l’Agefiph. J’ai donc acheté du mobilier adapté afin de poursuivre ma formation dans de meilleures conditions.

Le confinement est à ce jour très difficile. Je suis seule. La solitude est devenue très pesante et angoissante. Pour être sincère, la formation me permet de tenir moralement. Sans cette formation je serai sûrement en dépression.

Pour conclure, je tiens tout particulièrement à remercier Mme Delphine DE OLIVEIRA qui ne m’a jamais laissée tomber. Peu importe l’heure, celle-ci est toujours restée joignable. J’ai fait part de toutes ces démarches et son investissement à mon égard auprès de mon centre de formation, auprès de la médecine du travail et auprès de mon entourage. Je la félicite pour son professionnalisme, ses conseils, son écoute et sa gentillesse.


Les partenariats